DeePlaces

Projet développé par Nefeli Georgakopoulou.

DeePlaces est une installation qui exploite le potentiel de la technologie VR. Cette installation immerge l’utilisateur dans l’exploration d’un bâtiment abandonné, à Volos Grèce, et mélange deux réalités: le monde tactile et palpable, superposant un autre virtuel et ambigu. L’utilisateur rencontre les « fantômes » du monde réel (visiteurs sans casques VR) qui les hantent dans les deux mondes à travers plusieurs dispositifs. En utilisant des matériaux intelligents et des méthodes d’apprentissage automatique, ces dispositifs fusionnent les alentours des participants avec le monde virtuel en temps réel.

Untitled-1

Nous ne cessons pas la re-construction de notre environnement; traces de son utilisation antérieure sont cachés par de nouvelles couches, et la plupart du temps nous ne pouvons pas les voir. Afin de les voir de la petite échelle devient très important; particulièrement l’échelle des matériaux et des détails. Dés que l’on tourne vers le détail et l’infiniment petit, ce que nous savions que la réalité peut changer, la distance de l’observateur déviant un aspect critique. En effectuant un zoom sur les traces d’un bâtiment, nous permette notre esprit d’imaginer son histoire et celle de ses habitants. Les éléments architecturaux durs (murs, sols, etc.) deviennent de plus en plus «soft» et la perception de cet espace change différemment pour chaque visiteur. Nous laissons, sans le savoir, une empreinte, parfois invisible, sur tout ce que nous touchons, avec les technologies émergent nous permettent de rendre visibles ces traces à travers un filtre artistique.

Untitled-7

Au début de l’expérience du projet DeePlaces, les utilisateurs sont invités individuellement à s’asseoir parmi les empreintes thermochromes des murs des bâtiments et à porter un casque VR. Pour continuer l’expérience, les utilisateurs sont invités à laisser un objet qu’ils portent, dans une boîte devant eux. Ils doivent trouver cet objet dans l’espace virtuel afin de « s’échapper » de là. Pendant que le participant explore l’espace virtuel, d’autres spectateurs peuvent laisser leurs empreintes ou traces sur les murs du bâtiment virtuel en touchant les impressions thermochromiques. Aussi leur visage peut être distingué par les traces existantes des murs et leur présence est également perceptible par le participant qui peut «les voir» dans l’espace virtuel parmi d’autres fantômes.