STÉRÉOSCOPIE ET ILLUSION

STÉRÉOSCOPIE ET ILLUSION, Archéologie et pratiques contemporaines : photographie, cinéma, arts numériques.

Sous la direction de De Miguel Almiron, Esther Jacopin, Giusy Pisano, au Presses universitaires du Septentrion. (ArtsH2H)

Dans lequel Spatial média / Ensadlab contribue de 2 articles.

F. GARNIER, « Un cinéma qui touche: vers un cinéma relief d’auteur, de l’action au sensible» , Head of research – EnsadLab/Spatial Média.

C. WEBSTER, « Empty Room: Experimenter la sensation d’espace en écoute binaurale et vision stéréoscopique en immersion numérique 3D. – MUSIDANSE / CICM, EA1572, Université Paris 8, EnsadLab Spatial Media.

De l’archéologie de la stéréoscopie à son application contemporaine : photographie, cinéma, arts numériques

Communément, l’illusion stéréoscopique est mise en relation avec les images numériques. En réalité sa pratique a une longue histoire : elle est l’aboutissement d’un siècle de recherches visant l’émerveillement par la manipulation des sens du spectateur grâce à l’impression de relief. À travers l’analyse des premières photographies stéréoscopiques du XIXe siècle, des films en 3Ds en passant par les applications en réalité virtuelle, cet ouvrage réunit les contributions qui dressent un état des lieux sur l’actualité des connaissances scientifiques depuis le XIXe siècle et les applications dans les pratiques artistiques contemporaines. Le projet Les Arts trompeurs. Machines. Magie. Médias (Labex Arts-H2H/ ENS Louis-Lumière) est à l’origine de cette réflexion.